Qui est Jésus pour les chrétiens ?

Intérieur de l’église Saint-Séverin, Paris

Intérieur de l’église Saint-Séverin, Paris© Père Frédéric Curnier-Laroche

Intérieur de l’église Saint-Séverin, Paris
© Père Frédéric Curnier-Laroche

C’est sans doute l’intérieur d’une église qui peut le mieux nous dire qui est Jésus. En effet, le bâtiment « église » est le lieu de rassemblement des croyants en Jésus, vrai Dieu et vrai homme, et qui forment l’ « Église ».

Voici une vue de l’église parisienne Saint-Séverin. Élégant exemple de l’architecture gothique, elle fut édifiée au début du XIIIème siècle et témoigne de l’esprit du temps qui voulait, grâce aux progrès techniques, faire largement entrer la clarté extérieure, illustrant ainsi que « Dieu est lumière ».

Lorsque nous pénétrons dans une chapelle, une église ou une cathédrale, en règle générale, nous ne restons pas statique. Nous nous déplaçons pour avancer vers le sanctuaire, l’espace sacré où se trouvent deux éléments fondamentaux de la présence du Sauveur : l’ambon et l’autel. Le premier est le lieu où sont proclamés les propos du Christ qui a parlé il y a plus de deux mille ans aux hommes rencontrés sur les chemins de Palestine. Rapporté par les Évangélistes, ce discours s’adresse ainsi à nous, aujourd’hui,  dans la liturgie. C’est à l’autel qu’il se rend présent dans le pain et le vin consacrés. Ainsi, nous constatons qu’en avançant vers le chœur d’une église, véritable « espace de gloire », le fidèle communie à la présence de Jésus ressuscité dans sa Parole et dans l’Eucharistie. Il le rencontre, l’écoute et le reçoit.

Mais d’autres éléments de l’architecture et du décor parlent de Jésus. Qu’il soit ancien ou contemporain, le vitrail nous rappelle que le but du chrétien est d’avancer vers sa destination divine, de changer sa terre en Cieux, en empruntant le chemin ouvert par le Christ. Jésus, Fils de Dieu s’est incarné dans l’obscurité d’un corps pour montrer comment revenir à la Lumière. L’homme progresse de lumière en lumière, jusqu’à la Lumière. À travers ses verres teintés, le vitrail symbolise l’illumination de l’âme et son accession à des réalités plus spirituelles. Seul celui qui entre dans une église peut voir le vitrail tel qu’il est. Celui qui reste à l’extérieur est hors de la lumière du symbole. Comme l’a dit un mystique de l’époque médiévale, « le Christ vient en nous du dedans vers le dehors, et nous venons à lui du dehors vers le dedans ».

Les colonnes nous disent que l’Esprit Saint donné par Jésus nous aide à rester solide dans notre foi. C’est cette confiance en Jésus qui nous entraîne à sa suite dans les cieux, évoqués ici par la voûte de pierre, abritant celles et ceux qui, symboliquement, sont en route vers la Jérusalem céleste.

Père Frédéric Curnier-Laroche, historien de l’art et prêtre du diocèse d’Autun