Que fêtent les chrétiens à Noël ?

Mgr André Dupleix La réponse de Mgr André Dupleix

Noël est l’occasion pour les chrétiens de célébrer la naissance de Jésus à Bethléem. Depuis la nuit de Bethléem, le message de Noël ne cesse d’être proclamé. Il y a, dans la lumière et la paix de Noël, quelque chose qui résiste à tout.

La naissance de Jésus à Bethléem
La célébration de Noël a lieu chaque 25 décembre à la fin du temps de l’Avent, temps de l’attente  de la venue de Jésus. Noël est la première grande fête de l’année liturgique. Les évangiles qui sont lus pendant la liturgie de Noël nous rapportent le contexte et plusieurs détails de la naissance de Jésus. C’est dans saint Luc que nous sont rapportés les principaux événements : au temps de l’empereur César Auguste et d’Hérode le grand roi de Judée, c’est le déplacement de Marie et Joseph, de Nazareth à Bethléem lors d’un recensement, puis la naissance de Jésus dans un lieu à l’écart des lieux d’hébergement et la visite des bergers (Luc 2,1-21).
Saint Matthieu rapporte une visite de mages venus d’Orient, la fuite en Égypte et le massacre des innocents (Matthieu 2, 1-18). Quelles que soient les datations, la localisation ou les interprétations possibles, nul ne peut nier l’épaisseur historique de la naissance de Jésus à Bethléem.

Par Jésus, Dieu l’invisible devient visible
C’est l’évangile de saint Jean qui précise dans son Prologue : “Le verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous” (Jean 1,14). Pour Jean, le Verbe est Dieu. Depuis les origines de la foi et pour toute la tradition chrétienne, Dieu a pris chair et s’est inscrit dans l’histoire en prenant et en assumant complètement notre humanité. Nous appelons cela l’Incarnation.
Par Jésus, Dieu l’invisible est devenu visible. Dieu n’est pas resté le distant, l’éloigné. Il s’est communiqué. Il s’est manifesté. Il a parlé définitivement en Jésus qui nous a révélé son lien unique au Père et à l’Esprit. C’est encore Jean qui dit : “Nul n’a jamais vu Dieu, le Fils unique qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé” (Jean 1,18). Et cela, par amour : “Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils” (Jean 3, 16). Depuis son incarnation, Dieu n’a plus le même visage.

Crèche de Noël

Frédéric Cappelle – © CIRIC

Noël, message de paix
La fête et la célébration de Noël sont liées, dans le monde entier à la lumière et à la paix. Et non sans raison. Déjà dans les récits de la nativité les bergers sont enveloppés de lumière (Luc 2,14) et un chant céleste proclame “Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime” (Luc 2,14). Jésus se dira “lumière du monde” (Jean 8,12) et dira à ses disciples : “Je vous donne ma paix” (Jean 14,27). Noël est un temps privilégié pour rappeler au monde que l’Évangile est une annonce universelle de la paix et que les fidèles et disciples du Christ font de cette paix leur objectif et leur combat permanent contre toutes les forces de division et de mort.

Le message de Noël ne cesse d’être proclamé depuis la nuit de Bethléem, contre vents et marées, turbulences ou ruptures de l’histoire, événements imprévisibles ou difficultés de notre existence. Il y a, dans la lumière et la paix de Noël, quelque chose qui résiste à tout.  Il y a la réalité d’un don qui nous est fait sans limite de temps et d’espace. Dieu l’éternel vient répandre en nous la vie et l’amour dont il est la source unique.

Mgr André Dupleix, recteur honoraire de l’Institut catholique de Toulouse
Contactez l’auteur.

Pour en savoir plus :